Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Buveur de poèmes, le blog de Franck Kukuc

Gratitude partagée

25 Février 2015 , Rédigé par Caillou - Buveur de poèmes Publié dans #Gratitude partagée

(Crédit photo : Château de Reignac)

(Crédit photo : Château de Reignac)

Gratitude partagée

Merci ! Félicitations aux autres gagnants... A tous ceux qui ont participé... Je tiens à.... ma famille, etc...

Vous connaissez tous ce genre de discours, vous l'avez déjà entendu. Vais je le faire à mon tour ?

Oui, car c'est grâce à eux tous que je sais ma valeur. Et que cela a été bien d'y croire. Pour que des mots ne se perdent pas dans l'oubli.

Comment vous dire... j'espérais tellement gagner le concours de lettres d'amour Château de Reignac (http://www.reignac.com), domaine entre deux mers, plus que Bordeaux supérieur.

Pour l’équipe du Château de Reignac, pour consacrer le souvenir d'une belle rencontre cet été avec Nicolas Lesaint, pour Tom Delanoue, ami blogueur (http://1098.fr, etc.) qui y a cru dès le début, pour celles et ceux qui attendaient depuis longtemps mes phrases.

En me récompensant, Reignac et ceux qui ont voté pour mon texte justifient mes envies d'écrits, mes envies de rencontres.

Et quelle reconnaissance pour ceux qui m'ont accompagné le soir où nous avons dégusté ce vin qui était déjà un poème,

Merci à : Gérard, Jean-Christophe, Michèle, Patricia, Céline, Garance & Martin.

Avec eux, comme promis, je partagerai gratitude, magnum... et pour mes petits : gouttelettes et baisers.

La poésie sera toujours dans la retranscription de celles et ceux qui regardent, écoutent, touchent, en un verbe perçoivent autrement.

Attention, je ne dis pas "voir" la vie avec des yeux d'enfants plutôt exercer nos sens autrement. Michaux et Cendrars m'ont montré la voie soit trouver aussi le beau dans l'indicible, le cruel et la souffrance. René Char m’a entraîné vers la confiance et la chance qu’on impose. La belle poésie n’est jamais mièvre. J’écris et j’espère, pour chaque mot posé, m’améliorer.

Je tends vers cela.

"Château de REIGNAC, à la lueur d'une flamme.

Dans la discrétion, l’intimité d’une bougie, de sa flamme,
« A l’aveugle » pour mieux voir.
Tel un tricheur consentant, je suis le seul à savoir.
Entouré de quelques amis de tous âges,
mes deux jeunes enfants dans mon sillage.

Je, eux,
enfin, nous
prêts à humer, goûter, mâcher,
entendre les histoires du Château de REIGNAC.

Vivre cette bouteille, son contenu,
conjuguer des sensations.
Tout ce qui fait de nous des êtres sensibles,
des âmes fortes de leurs faiblesses.

Bouchon tiré, le vin libéré,
tout à l’expression de ses évidences,
Reignac veut vivre tout comme nous.
Il est jeune tout comme eux deux.

Timide, il grandit vite,
s’habitue à l’air,
appelle nos mots.

Timides à notre tour, on s’approche du verre.
Et voilà, ce rouge qui nous invite à le toucher.
On incline, on fait tourner la terre.

Du bout du doigt ou du bout des lèvres,
on touche le travail des Hommes,
le « parfois » épique d’une équipe.

A la lueur d’une flamme, le vin en bouche,
un peu de pluie, du soleil, des nuages s’amoncellent,
c’est avec assurance,
que l’on fait claquer notre langue,
pour garder l’équilibre.

On s’interroge,
on attend l’autre du coin des yeux.
Qui se jettera dans l’abime de l’avis ?
Qui plongera du ponton ?

Puis,
les mots s’échappent pour pousser un mur de verre.
Faire le mur des mots trop mûrs,
les yeux des enfants nous aident à faire la courte échelle,
La lueur des amitiés fera le reste.
La parole libre, on « bricole » notre souvenir,
Tous buveurs de poèmes,
sans rimes et sans strophes,
puisque ce vin est l’œuvre de plusieurs,
versons ensemble notre déclaration :

"Petits bonbons réglisse
Complices
Prunes, mûres, groseilles
La Chine ?
Allons ! Allons, pensons à nos images de vie
Ça ressemble à une eau de Cologne de ma petite enfance
Fraises écrasées, pas sucrées, sur une tartine
J’ai quelque chose sur le bout de la langue mais...
Comme un village endormi sous les cendres
Un voile de lumière d’été
Des paumes d’enfants imprégnées de menthe fraîche
Sans avoir l’habitude, sans que ce soit mon truc
J’aime la douceur que je ne donne pas à tout le monde"

Voilà ce fut un samedi soir sur la Terre,
un flirt collégial, dans mon resto’ vin cœur « Les Bricoles »,
entouré de chères âmes, à la lueur d’une flamme.

Le buveur de poèmes
24 Janvier 2015

Gratitude partagée

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Gérard G 25/02/2015 21:04

Merci pour nous remémorer cette magnifique journée, terminée en apothéose avec le Grand vin de Reignac !

Caillou - Buveur de poèmes 26/02/2015 19:24

Merci d'avoir organisé cette journée.